Industrie2019-04-15T16:33:59+02:00

Uniper et Inova : la filière bois – énergie industrielle régionale

La filière bois-énergie industrielle régionale est représentée par deux entreprises réunies au sein de l’association des « Utilisateurs de Biomasse Energie PACA » (UBE). UBE est adhérente de FIBOIS SUD PACA. Ces deux entreprises, lauréates de l’appel d’offre « CRE4 »[1] sont UNIPER et INOVA VAR BIOMASSE.

UNIPER, 3ème producteur et fournisseur d’électricité, de gaz naturel et de solutions énergétiques en France, exploite la centrale de Provence située sur les communes de Gardanne et Meyreuil (Bouches-du-Rhône). Cette centrale produit de l’électricité et se compose de deux tranches indépendantes, l’une fonctionnant au charbon (600 MWe) et l’autre à la biomasse (170 MWe), issue de la conversion d’une ancienne tranche charbon. La capacité installée de la tranche biomasse assure une production équivalente à l’alimentation en électricité de 440 000 ménages (soit un habitant sur cinq en région SUD PACA).

Le plan d’approvisionnement, validé par l’Etat pour les trois premières années de fonctionnement, représente 850 000 tonnes annuelles de biomasse. Il est diversifié :

  • Par sa composition qui associe plaquettes forestières, plaquettes d’élagage et d’entretien et plaquettes de bois de recyclage ;
  • Par sa géographie puisque 55% du combustible est importé (Espagne, Brésil). La part des plaquettes forestières originaires de SUD Provence Alpes Côte d’Azur représente moins de 10% du total de l’approvisionnement. Plus globalement les besoins de cette tranche représentent moins de 4% de la disponibilité forestière annuelle mesurée sur l’ensemble du bassin d’approvisionnement forestier de la centrale.

Il est prévu de faire évoluer ce plan d’approvisionnement dans le temps, pour en réduire progressivement la part d’importation, au profit des fournisseurs locaux.

De son côté INOVA VAR BIOMASSE a construit la centrale SYLVIANA à Brignoles (Var) pour une puissance installée de 21,5 MWe. Lancée en 2016, SYLVIANA vient de franchir le cap des trois premières années et a vu son plan d’approvisionnement évoluer pour représenter annuellement 140 000 tonnes de bois forestier et 40 000 tonnes de bois de fin de vie.

Ces deux usines biomasse assurent l’emploi direct de 100 personnes et engendrent 500 emplois indirects dans la filière. Elles constituent les outils majeurs de sécurisation de l’approvisionnement en électricité du réseau régional et totalisent 400 M€ d’investissements. Avec un budget cumulé de 75 M€ annuels pour l’acquisition de biomasse, elles représentent un levier solide pour le développement de la filière Forêt-Bois régionale. Elles illustrent par ailleurs les vertus des modèles d’économie circulaire puisqu’elles transforment des bois de fin de vie (fraction ligneuse des déchets verts, déchets d’ameublement et d’emballage bois…) en électricité.

La filière bois-énergie industrielle régionale permet en outre d’améliorer la qualité des forêts en assurant au récoltant des débouchés importants pour des bois de faible qualité. Ainsi lors d’une coupe de bois, les plus jolis arbres sont préservés pour récolter du bois d’industrie lors de la coupe suivante (par exemple pour la fabrication de pâte à papier) et des bois de sciage encore après.

Ainsi ces entreprises inscrivent leur action dans le long-terme et suivent des principes de gestion durable qu’est venu reconnaître le label PEFC[2] qui leur a été délivré.

Le fonctionnement de la tranche biomasse de la centrale de Provence est décrit dans le schéma ci-dessous.

On notera qu’en sortie, les cendres sont valorisées dans le secteur du bâtiment et des travaux publics, élargissant ainsi le modèle d’économie circulaire.

[1] Appel d’offres de 2010 de la Commission de Régulation de l’Energie, chargée d’accompagner la politique nationale de transition énergétique

[2] PEFC est une certification internationale de reconnaissance de la gestion forestière durable

Fibre Excellence Tarascon : au coeur des enjeux forestiers de la forêt de PACA

L’usine Fibre Excellence Tarascon

Ancrée au cœur de la filière forêt-bois régionale depuis 1951, l’usine Fibre Excellence Tarascon est un acteur majeur de l’activité économique régionale en employant directement 265 personnes et en faisant appel à plus de 400entreprises fournisseurs (bois, transports, maintenance…).

Le cœur de métier et le savoir-faire de l’usine de Tarascon résident dans sa capacité à séparer et valoriser au mieux les matériaux lignocellulosiques constituant le bois :

  • L’usine produit 260 000 T de pâte de cellulose /an destinée à divers clients français et internationaux qui l’utilise pour fabriquer des papiers hygiéniques, cartons,impressions…
  • L’usine valorise 150 000 T de biomasse écorces(issues de son process industriel) et 450 000 T de liqueur noire(liquide composé de lignine issu de la cuisson du bois)pour produire de l’électricité en excédent et alimenter en énergie verte le réseau électrique régional.

Un acteur dynamique et volontaire au service de la forêt et de la filière forêt-bois régionale

Valorisant près de 80% de de la récolte de bois d’industrie exploitée et commercialiséepar an en PACA, l’usine de Tarascon est la destination de nombreux rondins résineux (pin d’Alep, pin noir, pin sylvestre, épicéa…) issues de coupes d’éclaircies et de renouvellement des forêts régionales.

Pour Fibre Excellence, l’enjeu majeur demeure dans la pérennisation de la ressource et des entreprises forestières régionales. Pour cela la gestion durable des forêts doit être partagée par tous : des industriels à tous ceux qui en amont peuvent mobiliser le bois à long terme (propriétaires, experts forestiers, récoltants…).

Acteur engagé de la gestion forestière durable avec sa filiale ENVIROFORESTERIE (www.enviroforesterie.com) et de la récolte raisonnée des bois avec sa société SEBSO (www.sebso.com), Fibre Excellence TARASCON promeut également les systèmes de certification forestière (PEFC, FSC) bénéfiques pour l’ensemble de la filière forêt-bois régionale.

En tant qu’industriel producteur de pâte à papier, l’activité de Fibre Excellence s’inscrit pleinement au cœur de la bioéconomie et du développement durable des forêts régionales grâce à une valorisation optimisée et diversifiée des produits bois régionaux, en pâte à papier et en énergie.